Supervision et analyse de la pratique

Toute institution a besoin d’ouvrir un espace de soutien et de réflexion sur les pratiques à ses équipes et cette recommandation figure dans le guide des bonnes pratiques de l’ANESM. Que ce soit en continu ou de façon ponctuelle, les équipes peuvent elles aussi ressentir le besoin d’améliorer leurs compétences sinon d’être aidée à traverser une réorganisation du projet institutionnel, du collectif ou de l’institution. Notamment dans le secteur éducatif, le social et le soin, les équipes sont constamment confrontées à des situations spécifiques qui nécessitent des reprises de cas difficiles, des dégagements émotionnels, des intégrations techniques, et la direction de comprendre et d’accompagner ces enjeux. Nos interventions se situent donc entre la régulation (gestion des émotions et des éventuels stress psychosociaux ou conflits internes aux équipes institutionnelles) et la formation. Au-delà des analyses de cas (ou supervision) entre professionnels et usagers qui est central à ces interventions, si besoin est, nous prenons en compte :

– la dimension du collectif (ce qui fait lien et appartenance entre les personnes qui partagent et participent à une même vocation humaine),

– l’équipe institutionnelle (appropriation et intériorisation de la mission, des taches, du sens, normes, règles, moyens, objectifs…)

– ainsi que le fonctionnement institutionnel (origines, valeurs transcendantes et instituantes, mission, histoire, projet, organisation, normes, règles…).

Dans ce travail à plusieurs niveaux nous soutenons également les directions pour harmoniser les instances entre elles. En effet, toutes nos expériences nous ont montré qu’une institution, au-delà de ses difficultés inhérentes à sa mission, fonctionne harmonieusement dès qu’elle retrouve un sentiment partagé d’unité collective au travers de la participation de ses membres à la construction de sa cohérence au sein de sa complexité.

Nos outils font appel à la systémie, la psychanalyse, la gestion des conflits et du stress dans un cadre prenant en considération les risques psychosociaux, des outils de communication divers, des actions sous forme de jeux de rôles ou de psychodrame, de l’analyse et de la régulation institutionnelle.